Fasse le ciel (quand il voudra) revivre par Joachim Du Bellay

Fasse le ciel (quand il voudra) revivre
Lysippe, Apelle, Homère, qui le prix
Ont emporté sur tous humains esprits
En la statue, au tableau, et au livre.

Pour engraver, tirer, décrire, en cuivre,
Peinture, et vers, ce qu’en vous est compris,
Si ne pourraient leur ouvrage entrepris
Ciseau, pinceau, ou la plume bien suivre.

Voila pourquoi ne faut, que je souhaite
De l’engraveur, du peintre, ou du poète
Marteau, couleur, ni encre, ô ma Déesse !

L’art peut errer, la main faut, l’œil s’écarte.
De vos beautés mon cœur soit donc sans cesse
Le marbre seul, et la table, et la carte.

Joachim Du Bellay