Pourquoi par Léopold Sédar Senghor

Pourquoi battre le rappel
Du jazz imagination
De la bamboula des paroles
Au clair de ma jeunesse ?

Renvoyons l’harmonie tumultueuse des hanches,
La frénésie des seins bondissant et bramant
À travers les forêts parfumées,
Renvoyons les longs jours titubants, ivres de vin.

Pauvre convalescent,
Dévêtons-nous de violence.
Seulement un peu d’air vert et vif
Et léger, comme une mousseline
Autour de nous, n’est-ce pas ?
Et le repos tranquille,
Calme,
Sous le tiède soleil d’une affection sororale.

Léopold Sédar Senghor