A La Raison d’un Homme Qui En A par Fanny De Beauharnais

Chanter la raison qui vous guide,
Du moins, c’est parler à quelqu’un:
Oui, vous avez le sens-commun;
Pallas vous céda son égide.
A Rome*, où l’on s’y connait bien
Dans plus d’une importante affaire,
On vit l’activité prudente
De votre esprit qui plaît au mien,
Et dont l’âme est toujours contente.
De tels Juges je fais grand cas.
Sagesse aimable à des appas;
Sur nous elle acquiert de l’empire,
Lorsque des rieurs couvrent ses pas,
Et que l’Amour peut lui sourire.
Ce Dieu, presque sage aujourd’hui,
Se voile des traits de son frère,
Et malignement avec lui,
Troque de flambeau pour vous plaire.
Celle qui vient de vous choisir,
Votre compagne & votre amie,
Auprès de vous va réunir
Et la décence & le plaisir,
Ce double charme de la vie.
Son bonheur & ses sentiments
Chaque jour la rendront plus belle:
La vertu, jointe aux agréments,
N’a jamais trouvé d’infidèle.
Le sort est donc juste aujourd’hui;
Quoique, dans certains jours d’ennui,
Il m’ait souvent paru funeste:
Vous faites ma paix avec lui;
Et, puisqu’il vous traire en ami,
Je le tiens quitte pour le reste.
( * ) M. le Marquis d’Aub…. a été Ambassadeur à Rome, & vient de se marier.


fanny-de-beauharnais