Que d’Amants séparés par Michel Lambert

Que d’Amants séparés languissent nuit & jour,
Qu’on entend de soupirs, qu’on voit couler de larmes :
Hélas ! Hélas ! si la gloire a des charmes,
Valent-ils tous les maux qu’il en coûtent à l’Amour ?

Trop heureux les absents assurés du retour,
Et qui sont à couvert de la fureur des armes :
Hélas ! hélas ! si la gloire a des charmes,
Valent-il tous les maux qu’il en coûte à l’Amour ?


Michel Lambert